Le Scorpion V1
La Marque du Diable

recommandation

« L'histoire se déroule à Rome au XVIIIe siècle. Le Scorpion est un croisement entre Jean Marais pour le côté casse-cou, toujours une épée à la main, et Sean Connery jeune pour les traits de visage. Bandit de grand chemin, faussaire de génie et charmeur incontesté, une seule femme semble capable de lui résister : Méjaï. Une empoisonneuse à la solde du Cardinal Trébaldi, bien décidée à se débarrasser du Scorpion qui l'empêche de concrétiser ses rêves de pouvoirs. Entre grandes familles italiennes déchues recherchant à reconquérir leur pouvoir par tous les moyens et complots religieux, le scénario de ce premier Scorpion a tout pour plaire. Comme à son habitude, Stephen Desberg (scénariste entre autres de Miss Octobre et Sherman) nous livre un héros tout en nuances, à la fois escroc et chevalier. Considéré comme hérétique (tout comme sa mère brûlée vive pour avoir séduit un homme d'Église), il va pourtant devoir sauver le Pape. Une saga prometteuse commence avec ce premier opus. »

Edelric, izneo Super Reader
you too become izneo Super Reader!

Summary

Pour les habitants de la basse ville, il est le Scorpion. Les hommes l'évitent, redoutant son épée plus virevoltante que la nuée de moustiques d'une chaude nuit d'été. Les femmes le cherchent, fascinées par la prestance de ce beau brun qui sait les aimer comme personne. Pour les habitants de la haute ville, il est Armando Catalano, l'homme à la perruque poudrée qui sait dénicher aux fins fonds des catacombes romaines les reliques des saints de l'antiquité et du Moyen âge que princes et évêques s'arrachent à prix d'or. Pour le cardinal Trebaldi, l'impitoyable maître des moines-guerriers, l'homme qui n'hésite pas à faire empaler dans son confessionnal un prêtre trop bavard, il est le témoin d'une époque maudite qui doit disparaître. Pour cela Trebaldi demandera à une gitane égyptienne experte en poisons de lui apporter la peau de l'homme qui porte sur l'épaule droite un tatouage en forme de scorpion. Tatouage infamant rappelant à tous que la mère du héros a péri brûlée vive sur le bûcher réservé aux sorcières. Mais la gitane manquera son coup, déchaînant la colère du Scorpion. Les murs du Vatican en tremblent encore.

Dargaud


YOU WILL ALSO LIKE...

DISCOVER AUTHORS' COMIC BOOKS

READERS' REVIEWS(0)
You must be logged to rate and review this album
Rate this album:
WRITE A REVIEW