Abonnement illimité9,90$/mois

Trilogie africaine Zidrou-Beuchot
Un tout petit bout d'elles

avis

« Yue Kiang, jeune chinois ayant passé quelques années en Belgique et parlant le français, travaille dans une entreprise d'abattage d' arbres au Congo, pour le compte d'une firme chinoise. Tandis que ses collègues fréquentent assidûment les lieux de plaisir spécifiquement organisés pour eux, Yue, à l'insu de ses employeurs, préfère la compagnie d'une jeune congolaise, Antoinette, et de sa fille d'une petit dizaine d'années, Marie-Léontine, qui s'est attachée à l'ami chinois de sa maman. La relation entre Yue et Antoinette se poursuit gentiment, mais, dans leur intimité, Yue relève sur le corps de son amie, une "cicatrice", séquelle horrible d'une excision pratiquée à la sauvette dans la sphère familiale, alors qu'elle n'avait pas dix ans. Petit à petit, Yue amène Antoinette à lui raconter les circonstances atroces de cette mutilation, dans toute son horreur. Il prend ainsi conscience de l'ampleur de ce phénomène et de son impact sur la population locale malgré les efforts de diverses organisations . Yue n'aura dès lors de cesse que d'essayer d'éviter un sort similaire à la petite Marie-Léontine. Malgré la gravité du sujet, les auteurs ont réussi glisser quelques pages de poésie et même d'humour dans leur histoire et ont parfaitement décrit quelques attitudes "typiques" du peuple congolais. Le racisme des employeurs chinois à l'égard de la population noire est également évoqué. Enfin, à côté de quelques pages très dures en rapport avec des séances d'excision (suggérées), on trouve en fin de volume un dossier très explicite sur cette coutume barbare. En résumé, un très beau roman graphique qui nous ouvre les yeux sur un phénomène finalement peu connu. »

Ulioli, Super Lecteur izneo
vous aussi, devenez Super Lecteur izneo !

Résumé de l'éditeur

Yue Kiang travaille sur un site d'abattage d'arbres pour une entreprise chinoise. Comme beaucoup de ses compatriotes, Yue Kiang a une « amie » couleur locale, Antoinette. Il s'est aussi attaché à Marie-Léontine, la fillette de sa fiancée. Un soir, dans la couche de sa belle gazelle, Yue découvre la blessure intime d'Antoinette: une cicatrice terrible, comme une injure à sa féminité. Combien sont-elles comme elle, exilées de leur propre corps, victimes d'une tradition aussi monstrueuse que tenace ? Combien ? Elles sont 150 millions de par le monde. Mais qu'importe à Yue et Antoinette ces chiffres qui donnent le vertige. Seul leur importe Marie-Léontine. Que jamais la fillette ne soit, à son tour, victime de cette tradition abjecte !

Le Lombard


Vous aimerez aussi...

Découvrez les bd des auteurs

L'avis des lecteurs(0)
Vous devez être identifié pour noter et donner votre avis sur cet album
Notez cet album :
Donner mon avis