Le Tueur V3
La dette

recommandation

« Décidément, notre héros ne pourra jamais profiter de ses vacances. À peine de retour au Venezuela, le voilà aux prises avec un baron du trafic de drogue local qui dit avoir souffert d'un précédent contrat du "tueur". Pour réparer le préjudice et ainsi effacer cette "dette", le parrain lui propose, contre rémunération, d'effectuer diverses missions pour lui. Ce troisième album présente une nouveauté de taille, car notre héros doit cette fois composer avec un associé (se sociabiliserait-il ?). Le scénario est toujours aussi bien mené et les dialogues ( monologues intérieurs ou autres) sont toujours aussi cinglants. De plus, l’arrivée d'un nouveau personnage féminin semble vouloir montrer une possible évolution du scénario pour la suite. Matz apporte donc des nouveautés au compte-gouttes afin que le scénario évolue (tout comme la psychologie du tueur, d'ailleurs) sans pour autant déstabiliser le lecteur. Il ne cherche pas à surprendre par tous les moyens, ce qui rend la série assez réaliste et cohérente. Du grand art ! »

Edelric, izneo Super Reader
you too become izneo Super Reader!

Summary

Impossible pour Le Tueur de couler des jours tranquilles. Et pourtant, après sa dernière étape à Paris, il aspirait à un peu de calme (cf. “Le Tueur” T2). Malgré toutes les précautions qu'il n'a cessé de prendre le voilà pieds et poings liés, au moins pour un moment ; obligé d'acquitter une drôle de dette contractée – Ah!, s'il avait su... – envers un gros ponte de la Mafia colombienne. Le Parrain sait à qui il a affaire. Le Tueur pourra lui rendre de bons et loyaux services. Le Tueur, quant à lui, peut se permettre d'accepter de nouveaux contrats : ses conditions sont respectées. Ce n'est pas parce qu'il change de patron qu'il change ses principes. Et puis comme ça, il peut continuer à voyager, à mettre de côté des sommes substantielles. En gardant le contrôle, en restant toujours seul, même quand il est bien accompagné. Le Tueur change de patron, pas de principes. Rester vigilant, ne pas attirer l'attention, s'adapter, peu importe le commanditaire puisque le boulot reste le même. Mais cette dette, elle n'était pas prévue au programme... Ici encore les auteurs font preuve d'une maestria à couper le souffle. Toujours des mises en page qui impressionnent par leur dynamisme, des couleurs rutilantes, des ambiances oppressantes à souhait, des dialogues – et les longs monologues silencieux, in peto, du Tueur! – d'une extrême précision, comme les tirs de leur personnage. Une bande dessinée pour un public averti et amateur de films noirs.

Casterman BD

This content is not available in your country
READ A FREE EXTRACT

YOU WILL ALSO LIKE...
READERS' REVIEWS(0)
You must be logged to rate and review this album
Rate this album:
WRITE A REVIEW