Abonnement illimité9,90$/mois
Boilet

Frédéric Boilet est né à Épinal en 1960. En 1978, il entre à l'École nationale des Beaux Arts de Nancy, dont il suivra l'enseignement jusqu'en 1983, date de la sortie de son premier album de bande dessinée la Nuit des Archées. Jusqu'en 1988, il publie ainsi quatre volumes, chez plusieurs éditeurs, collaborant avec Guy Deffeyes, René Durand et Rodolphe, pour finir par réaliser, avec le Rayon vert, son propre scénario. De janvier 1989 à février 1991, il enseigne le scénario à l'atelier de Bande Dessinée et d'Arts narratifs de l'école d'Arts d'Angoulême. tout en continuant son travail personnel, concrétisé en janvier 1990 par la sortie de l'album 36 15 Alexia. En 1989, il entame une collaboration avec Benoît Peeters sur le thème de l'Asie contemporaine dont le premier volet, Love Hotel, est édité en 1993 par Casterman. Boilet obtient la première bourse de création de l'éditeur japonais Kôdansha et quitte la France pour un séjour d'un an à Tôkyô. En 1994, premier auteur de bande dessinée lauréat de la Villa Kujôyama, il séjourne 6 mois à Kyôto. Ces séjours de recherche permettent la mise en route d’un nouvel album avec Benoît Peeters et Jirô Taniguchi, Tôkyô est mon jardin, qui explore le vécu d'un Français installé à Tôkyô. En 1995, il s'installe à Paris où il fonde l'Atelier des Vosges avec David B., Christophe Blain, Émile Bravo, Emmanuel Guibert, Joann Sfar et Tronchet. C'est là qu'en 1996, en collaboration avec Benoît Peeters et Emmanuel Guibert, il réalise les pages de l'album Demi-tour. Frédéric Boilet réside désormais au Japon où Tôkyô est mon jardin a été traduit en 1998, et Demi-tour l'année suivante. Ses bandes dessinées, illustrations et articles paraissent régulièrement dans la presse japonaise (Big Comic, Asahi Shimbun, Mainichi Shimbun, Manga Erotics, Furansugo Kaiwa...). En 2001, il organise l'événement Nouvelle Manga qui se déroule en octobre dans les vieux quartiers de Tôkyô, et publie son premier album simultanément en France et au Japon : l'Épinard de Yukiko. Avec Kaoru Sekizumi, il traduit en japonais la Frontière invisible de François Schuiten et Benoît Peeters et le Dessin de Marc-Antoine Mathieu, qui paraissent dans le trimestriel Error. En 2002, il conçoit l’adaptation graphique et la traduction en français de Quartier lointain de Jirô Taniguchi, publié en France par Casterman. En collaboration avec Kan Takahama, il réalise cette même année Mariko Parade , un album publié simultanément au Japon et dans plusieurs pays d’Europe en 2003.