Hausman

Biographie de l'auteur Hausman

La vie de René Hausman aurait peut-être été toute autre s'il n'avait croisé le chemin de Raymond Macherot à 18 ans. Le créateur de « Sybilline » l'encourage à se lancer dans le dessin et le présente à Yvan Delporte qui l'intègre à l'équipe du journal Spirou, dont il est alors rédacteur en chef. Hausman y fait son trou, avant que le destin ne l'oriente vers le domaine du dessin animalier. Un jour de 1958, il réalise une illustration d'animal pour le Spirou, puis une autre, puis des centaines, à la demande de l'éditeur qui, impressionné, veut en imprimer des recueils. Hausman reviendra néanmoins à la BD au début des années 80. Après un passage par l'érotisme, les scénarios de Pierre Dubois lui permettent de concilier le récit d'aventures avec ses merveilleuses représentations de la nature. Une veine qu'il creuse également à la demande de Yann, qui lui écrit « Les trois cheveux blancs » et « Le prince des écureuils », dans la collection Aire Libre de Dupuis. C'est ensuite à Michel Rodrigue de mettre à contribution son talent, en lui demandant d'illustrer ses livres pour enfants « La grande tambouille » ou encore « Le chat qui courait sur les toits », récit Signé au Lombard, où conte et bestiaire animalier se rejoignent sous son pinceau. Dans "Mémoires d'un pinceau", Nathalie Troquette lui consacre une magnifique monographie, illustrant l'importance de son oeuvre. Ce qui n'empêche pas pour autant René Hausman de continuer à dessiner, puisqu'on le retrouve dans "Capitaine Trèfle" avec son comparse Pierre Dubois au scénario, aux Éditions du Lombard.

Voir la suite