Refuznik

Bella Goldberg naît en Union Soviétique deux ans avant la mort de Staline. D’origine juive, elle est confrontée à l’antisémitisme dès son plus jeune âge. En pleine déstalinisation, la jeune Bella ne trouve d’espoir que dans la sculpture, activité tolérée que si elle ne sert le communisme. Insubordonnée, elle ne tarde pas à se ranger du côté des artistes dits « dégénérés » qui rejettent le réalisme soviétique. Rapidement, une seule solution s’offre à elle : quitter le pays pour Israël. Ancré dans l’Union soviétique des années 1950-1960, Refuznik revient sur le décalage entre les valeurs du communisme et la vie quotidienne des Soviétiques écrasés sous le joug d’un système injuste et totalitaire.

Suite du résumé